AccueilAccueil  MembresMembres  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
LE FORUM EST FERME ; RENDEZ VOUS SUR GET BACK TO GOLD>

Partagez|

no one will be there to answer anymore ◦ calypso.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
avatar
Cecy R. Henstridge
c'est moi, tu me connais déjà ?
∞ Mes messages : 298
∞ Avatar : amber heard, la divine.
∞ Ici depuis le : 15/06/2015
∞ Dans la vie mon occupation est : de dépenser l'argent de papa sans compter.
∞ Côté coeur, je suis : les ennuis.
MessageSujet: no one will be there to answer anymore ◦ calypso. Jeu 9 Juil - 15:55


♢♢
"what everyone knows but
never admits; we play
by the rules, this time."
------------------------------

La solitude me guettait à chaque moment. Dans un sens général, malgré tous les "amis" que je pouvais avoir, je me sentais seule, et ça depuis un moment déjà. Quand je fus en âge de m'en procurer, les drogues m'avaient permis d'oublier un peu cette solitude. Seulement, j'avais enfin pris conscience que malgré le fait que celles-ci me permettaient de supporter mes journées, elles ne me permettraient plus de faire grand chose une fois passée cinquante ans. Même si au fond, je m'en foutais un peu, car pour moi, après cinquante ans, on était déjà fini. Toutefois, ma façon de penser n'était pas nécessairement la bonne. Mon père était à New York pour affaire, ce qui en soit n'était pas loin, mais je refusais de le déranger une fois de plus alors qu'il travaillait. Il refusait de me le dire, mais je le sentais, j'étais devenue un fardeau pour lui. J'avais vingt-cinq ans passés, et j'étais incapable de me prendre en main, de faire quelque chose de ma vie.
Cela faisait maintenant une heure que j'étais allongée dans mon lit, fixant le plafond. Pour une fois, je ne le faisais pas parce que j'étais complètement à l'ouest, mais parce que fixer quelque chose était la seule activité qui m'empêchait de devenir folle. J'étais en manque. Je me mis à parcourir le répertoire de mon portable, m'arrêtant sur le nom de mon ancien dealer. J'étais prête à lui demander de me fournir de la coke à nouveau, mais c'est alors que je revins à la raison, jetant mon Iphone sur le sol. « Et puis merde! » lançais-je bien décidée à ne pas craquer, du moins pour l'instant. Soudain, je me levais, attrapais une veste ainsi que les clés d'une des voitures de mon père, et enfilais une paire de baskets. J'allais me rendre à New York.
(...) Une cigarette à la bouche, j'étais allongée sur un banc en face de l'hôpital où j'avais été amenée lorsque j'avais fait mon overdose. Je tentais de discerner les étoiles malgré les nuages qui planaient au dessus de la Grosse Pomme. Contrairement à ce que l'on aurait pu croire, je n'étais pas allée voir mon père. J'avais décidé d'attendre une personne qui m'était beaucoup moins familière. Sans savoir pourquoi, j'avais ce besoin de parler à quelqu'un de totalement extérieur à ma situation ainsi qu'à mon monde, et la seule personne qui me venait en tête était la jeune résidente qui avait pris la peine d'échanger quelques mots avec moi lors de mon séjour à l'hôpital. Il y avaient des chances qu'elle ne soit pas là, ou bien qu'elle me prenne pour une psychopathe qui la suivait, mais pour dire vrai, ça n'avait pas tant d'importance. De toutes les façons, j'étais désespérée. Les heures passaient, les cigarettes s'enchaînaient, et toujours aucun signe de la jeune femme. Je continuais tout de même d'attendre. Et puis, ce n'était pas comme si j'avais autre chose de plus important à faire. Ce n'est qu'à six heure trente du matin que ma patience fut récompensée. Alors que je somnolais, toujours sur mon banc, j'entendis un bruit de talons passer non loin de moi. J'ouvris les yeux, reconnaissant directement la jolie chevelure aux reflets blonds de la résidente. Je me levais pour me placer derrière elle. « Ex... Excusez-moi. Vous êtes bien mademoiselle Lewis? » demandais-je timidement. Je devais avoir l'air d'une véritable clocharde. J'avais passé la nuit dehors, sans même avoir mangé. Mais tout ce que j'espérais, c'est qu'elle ne m'envoie pas sur les roses.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calypso T. Lewis
c'est moi, tu me connais déjà ?
∞ Mes messages : 593
∞ Avatar : la sublime katie cassidy.
∞ Ici depuis le : 14/06/2015
∞ Je suis âgé(e) de : vingt-sept ans.
∞ Dans la vie mon occupation est : résidente en chirurgie.
∞ Côté coeur, je suis : en partenariat domestique avec la plus belle, thaïs rose.
MessageSujet: Re: no one will be there to answer anymore ◦ calypso. Ven 10 Juil - 0:08

CECY & CALYPSO

what everyone knows but never admits; we play by the rules, this time. ✻✻✻ La plage, le soleil, moi allongée sur un transat, un cocktail bien frais à la main et… qu’est-ce que c’est que ça ? Bip, bip, bip. Je remue dans le lit une place et manque de peu la chute ce qui a pour effet de me réveiller. Je me frotte les yeux, insatisfaite de ma nuit de sommeil et pour cause, lorsque je pose le regard sur mon biper, il m’indique qu’il est trois heures du matin. Par conséquent, j’ai mon actif à peine autant d’heures de sommeil. Je grogne et me fait de suite réprimander par un collègue qui essaye tant que mal de faire sa nuit. On dort littéralement les uns sur les autres dans cet hôpital. Il y a peu de choses qui peuvent me réveiller mais mon biper en fait partie. Je suis appelée d’urgence sur le cas d’une fillette qui semblait pourtant bien se remettre de son opération. Je bondis hors du lit superposé et sors de la chambre. La lumière du couloir m’aveugle un instant mais je n’ai pas de temps à perdre. Je cours jusqu’au quatrième étage où se trouve le service pédiatrie.
Quelle est ma surprise lorsque je découvre ma patience en plein arrêt cardiaque. Déjà deux infirmières sont présentes dans la chambre. Le père de la petite fille est dans tous les états et ne cesse de crier des paroles incompréhensibles. « Qu’on le fasse sortir d’ici ! » Dans ces moment-là, je ne peux pas me permettre de faire du social, ni avec les proches des patients ni avec le personnel. Heureusement, nous sommes des professionnels et nous savons comment cela fonctionne. Il n’y a rien de personnel là-dedans. Mon ordre est exécuté lorsqu’un infirmier arrive pour faire sortir le père de ma patience de la chambre. J’ai déjà les palettes en main. Malgré plusieurs tentatives, je ne parviens pas à réanimer l’enfant. Je déclare amèrement. « Heure du décès : 3 heures 11. » Dans le couloir, le père a entendu mon annonce et s’écroule au sol. Je ferme les yeux. On aimerait pouvoir tous les sauver mais malheureusement, c’est impossible. C’est doublement douloureux lorsqu’il s’agit d’enfants qui sont censés avoir la vie devant eux.
Je regarde ma montre, celle-ci indique six heures trente du matin et je sors seulement de l’hôpital. Ma garde est terminée, je peux enfin rentrer chez moi. « Ex... Excusez-moi. Vous êtes bien mademoiselle Lewis? » Peut-être pas finalement. Je me retourne et derrière moi se trouve une jeune femme. Il s’agit d’une ancienne patience, à vrai dire. Je ne peux pas tous les garder en mémoire mais celle-ci m’a plutôt marqué : une overdose. « Mademoiselle Hend… Hens… Cecy, c’est ça ? » J’abandonne bien vite l’idée de trouver son nom de famille, la fatigue m’en empêche. « Qu’est-ce qui vous amène ici ? Quelque chose ne va pas ? » Je suis surprise de la trouver ici. D’habitude, les anciens patients fuient cet endroit et pour cause. Lorsqu’ils y reviennent, c’est toujours par nécessité.  L’idée qu’elle ait replongé me vient à l’esprit, j’espère que ce n’est pas le cas.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________

      LEWIS ◇ I was raised to be a good man in a storm. Raised to love my country. Love my family. Protect the things I love. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cecy R. Henstridge
c'est moi, tu me connais déjà ?
∞ Mes messages : 298
∞ Avatar : amber heard, la divine.
∞ Ici depuis le : 15/06/2015
∞ Dans la vie mon occupation est : de dépenser l'argent de papa sans compter.
∞ Côté coeur, je suis : les ennuis.
MessageSujet: Re: no one will be there to answer anymore ◦ calypso. Ven 17 Juil - 15:19


♢♢
"what everyone knows but
never admits; we play
by the rules, this time."
------------------------------

Moi-même je ne comprenais pas totalement ce que je faisais là, à attendre, depuis des heures. Je cherchais à revoir une personne qui n'avait eu aucun impact dans ma vie, que je n'avais vu qu'une seule fois, ça n'avait pas forcément de sens. De plus, la jeune résidente avec laquelle j'avais pu discuter devait avoir bien mieux à faire que de s'occuper d'une fille de riche à la dérive. Cependant, sans savoir pourquoi, j'avais cette impression qu'elle était en capacité de m'aider. Peut-être pas à une grande échelle, mais le fait qu'elle soit totalement différente de mon personnage me rappelait que moi aussi à une époque j'avais des rêves, des projets, et l'envie de me battre comme elle. Malgré cela, nous semblions tout de même avoir quelques points communs, comme nos âges. D'après ce que je me rappelais, elle ne semblait pas beaucoup plus vieille que moi, et c'était sûrement aussi une des raisons qui me menaient à elle. Je trouvais plus facile de se confier à quelqu'un qui pouvait s'identifier à vous, tout en étant totalement extérieur à votre vie, au monde auquel vous appartenez. C'était paradoxal, mais en même temps, je l'étais.
Ce n'est qu'à l'aube que l'univers se décida à m'envoyer un signe. La jeune femme était là, non loin de moi. Je l'interpellais directement, sans y réfléchir à deux fois. Cela étant dit, j'avais eu toute la nuit pour réfléchir et puis, j'avais attendu bien trop longtemps pour faire machine arrière maintenant « Mademoiselle Hend… Hens… Cecy, c’est ça ? » demanda t-elle confuse après s'être retournée. Je la regardais, l'anxiété prenant contrôle de mes mains qui s'entremêlaient. « Oui, Cecy, c'est bien ça. » lâchais-je en lui  faisant un léger sourire. En dépit de tous les patients qu'elle voyait, elle avait réussi à se souvenir de moi. Peut-être que ma rencontre l'avait marqué elle aussi. « Qu’est-ce qui vous amène ici ? Quelque chose ne va pas ? » demanda t-elle de nouveau, probablement étonnée de me trouver ici. « Je... Je suis vraiment désolée de vous importuner mais... je ne savais pas où aller, ni à qui parler. » confessais-je en baissant le regard. Elle semblait bien plus stable que toutes les personnes qui m'avaient entourées jusqu'ici, et pourtant, elle avait une profession que je qualifierais de "malade" sans mauvais jeu de mot. Pour ma part, je n'étais pas sûre de la vouloir, la stabilité. Celle-ci faisait souvent de moi un animal en cage, sans liberté de mouvement. Toutefois, je ne pensais pas qu'il était possible d'avancer dans la vie sans une certaine forme de stabilité ou une ligne de conduite. Pourtant, je n'en avais aucune, je faisais ce que bon me semblait, sans me soucier du mal que je pouvais causer, mais peut-être qu'il était temps que tout cela change.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Calypso T. Lewis
c'est moi, tu me connais déjà ?
∞ Mes messages : 593
∞ Avatar : la sublime katie cassidy.
∞ Ici depuis le : 14/06/2015
∞ Je suis âgé(e) de : vingt-sept ans.
∞ Dans la vie mon occupation est : résidente en chirurgie.
∞ Côté coeur, je suis : en partenariat domestique avec la plus belle, thaïs rose.
MessageSujet: Re: no one will be there to answer anymore ◦ calypso. Sam 15 Aoû - 16:46

CECY & CALYPSO

what everyone knows but never admits; we play by the rules, this time. ✻✻✻ En sortant de l’hôpital après ma garde, je ne m’attendais pas à tomber sur une ancienne patiente et pourtant, c’est bel et bien le cas. La vie est pleine de surprises, comme on dit. « Oui, Cecy, c'est bien ça. » Aussitôt, je lui demande ce qui l’amène ici. Je ne sais pas s’il s’agit d’une déformation professionnelle mais je suis méfiante quant à sa présence devant l’hôpital. Des patients, j’en ai vu revenir et généralement, ce n’est jamais pas une bonne raison. Déjà lorsqu’ils viennent la première fois, c’est loin d’être positif mais pour ceux qui reviennent, ça marque souvent le début d’une spirale négative ou alors dans le pire des cas, la mort. Malheureusement, cela arrive trop souvent de croire qu’on a su sauver quelqu’un et qu’au final, il finit par décéder malgré tous nos efforts.
Bon, je ne veux pas non plus faire des plans sur la comète ou bien trop m’enflammer. Si ça se trouve la demoiselle est ici parce qu’elle accompagne un proche ou bien, parce qu’elle a un rendez-vous quelconque. Après tout, l’hôpital abrite également des professionnels de la médecine qui ne côtoient pas des cas graves tels que des radiologues, des gynécologues, des généralistes, ect... L’hôpital est très immense. Nous sommes à New-York alors forcément, nous y trouvons toutes sortes de docteurs. Même si après réflexion, il me semble être trop tôt pour un rendez-vous de ce type.
Finalement, Cecy reprend la parole, m’offrant une réponse qui m’intrigue plus qu’autre chose. Elle ne répond pas à mes interrogations. Au contraire, elle en fait naître de nouvelles. « Je... Je suis vraiment désolée de vous importuner mais... je ne savais pas où aller, ni à qui parler. » Elle semble mal à l’aise, comme si elle n’était pas sûre de ce qu’elle faisait. Elle joue avec ses mains et son regard fuit le mien lorsqu’elle baisse la tête. Certes, je ne suis pas psychologue mais j’étais très douée en psychologie à l’université. Je peux clairement affirmer que la jeune femme n’est pas au mieux. Aussitôt, le côté chirurgien remonte à la surface et je fais preuve d’un tact à toutes épreuves. « Il n’y a pas de mal. Vous ne me dérangez pas. Je préfère que vous veniez me trouver plutôt que de rester seule. Je vois bien que quelque chose ne va pas. » Quelque chose ou plus, peut-être même tout. Je pose une main réconfortante sur son épaule. « Je vous offre un café ou autre chose, peut-être ? » Je n’aime pas le café alors je peux totalement envisager que ce soit également le cas de mon ancienne patiente.

✻✻✻
CODES © LITTLE WOLF.

_________________

      LEWIS ◇ I was raised to be a good man in a storm. Raised to love my country. Love my family. Protect the things I love. ©️endlesslove
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Cecy R. Henstridge
c'est moi, tu me connais déjà ?
∞ Mes messages : 298
∞ Avatar : amber heard, la divine.
∞ Ici depuis le : 15/06/2015
∞ Dans la vie mon occupation est : de dépenser l'argent de papa sans compter.
∞ Côté coeur, je suis : les ennuis.
MessageSujet: Re: no one will be there to answer anymore ◦ calypso. Sam 22 Aoû - 17:40


♢♢
"what everyone knows but
never admits; we play
by the rules, this time."
------------------------------

Moi-même je n'étais pas sûre de comprendre ce qui m'avait amené jusqu'ici, et encore moins ce que je cherchais ici, devant cet hôpital. Juste une oreille attentive probablement. La discussion que j'avais eu avec mademoiselle Lewis lors de mon séjour au centre hospitalier de New York m'avait fait du bien. En vérité, elle n'avait pas fait grand chose mais j'avais directement remarqué que c'était une fille droite, et ses paroles rassurantes m'avaient touché. J'avais d'ailleurs pris conscience lors de cet échange qu'il restait malgré tout des gens bien dans ce monde. Car on ne va pas se mentir, l'univers dans lequel j'avais grandi n'était fait de rien si ce n'était d'or et de mensonges. La plupart des gens qui m'entouraient étaient hypocrites et n'agissaient bien souvent que dans leur propre intérêt. La jeune résidente était bien loin de tout ça. Elle était même totalement contraire, puisqu'elle avait dédié sa vie à aider les autres. D'après mon humble avis, il fallait avoir une sacrée dose de courage en soi pour faire ce qu'elle faisait.
En arrivant à sa hauteur, je ne pouvais m'empêcher de me sentir anxieuse. Mes mains étaient moites, mon coeur s'emballait quelque peu. Il était difficile d'admettre qu'on avait besoin d'aide, et d'autant plus lorsque la personne en face de vous vous ait totalement inconnue. Bien entendu, la jeune femme semblait surprise de me trouver une seconde fois sur son lieu de travail. Je m'étais donc rapidement expliqué en lui avouant ne pas savoir à qui parler. Bien que je n'étais pas réellement sûre d'avoir quoique ce soit de nouveau à lui apprendre sur ma situation. « Il n’y a pas de mal. Vous ne me dérangez pas. Je préfère que vous veniez me trouver plutôt que de rester seule. Je vois bien que quelque chose ne va pas. » J'étais rassurée. Au moins, ma présence ne l'effrayait pas. Elle posa même sa main sur mon épaule avant de prendre la parole de nouveau. « Je vous offre un café ou autre chose, peut-être ? » Je lui souris. Encore une fois, mademoiselle Lewis se montrait d'une gentillesse apaisante. D'une certaine manière, avec elle, j'avais l'impression d'être comprise. Pourtant, elle n'était ni psychologue, ni éducatrice, mais elle faisait preuve d'une grande empathie. C'était sans doute quelque chose qu'on leur apprenait en médecine, néanmoins, je sentais en elle une réelle envie d'aider. « Je veux bien, merci. » répondis-je en relevant le regard vers elle. Je lui aurais bien offert moi-même, j'étais cependant partie sans un sous.
Nous nous dirigeâmes donc vers le hall de l'hôpital, près d'un distributeur de boissons chaudes. La jeune femme m'offrit un café noir à ma demande, puis se prit une boisson à son tour. Une fois cela fait, chacune de nous s'installa sur le banc le plus proche. Je bus une gorgée de mon café, un peu nerveuse. Je ne savais vraiment comment commencer. « Je... J'ai failli craquer et j'ai ressenti besoin de parler à quelqu'un. Je ne voulais pas débarquer comme ça mais... Vous avez réussi à me mettre en confiance lorsque j'étais ici, je me suis donc dit que vous parlez à nouveau était peut-être la chose à faire. » Je le savais, j'avais un psy pour ça. Je ne pouvais pas débarquer dans la vie des gens pour parler de mes problèmes dès que cela me chantait. Mais là c'était différent, et d'une certaine façon, je savais qu'elle était capable de comprendre.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
c'est moi, tu me connais déjà ?
MessageSujet: Re: no one will be there to answer anymore ◦ calypso.

Revenir en haut Aller en bas

no one will be there to answer anymore ◦ calypso.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» Help! No sounds anymore...
» what's it gonna be cause i can't pretend anymore
» Don't call anymore dude, please ! [Dylan]
» If love is the answer, could you please rephrase the question?
» (F/LIBRE) AU CHOIX -- Love is not a game anymore

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
mybedoflies :: I want to meet him :: New York-